Imaginaire et Kaaba

 Ghilaf-e-Kaaba - The Rising Phoenix Perfumery

Ghilaf-e-Kaaba - The Rising Phoenix Perfumery

Ghilaf-e-Kaaba

par JK de Lapp

pour The Rising Phoenix Perfumery

Il faut s'imaginer le désert d'Arabie. Il faut s'imaginer la sécheresse de la Mecque.

Il faut s'imaginer le vent d'Est qui souffle.

Il faut s'imaginer les dunes et les gens.

Il faut s'imaginer le ciel orange des soirs d'été, le Soleil brûlant des matins d'hiver.

Il faut s'imaginer la mer Rouge, ses rives sacrées ;

le golfe Persique, ses eaux secrètes.

 

Il faut s'imaginer la foule des pèlerins, leurs blanches aubes noircies par la nuée - de poussière.

Il faut s'imaginer les minarets d'argent dressés dans l'horizon, fiers palmiers de l'oasis sacrée.

Il faut s'imaginer les mirages et la foule, il faut s'imaginer la fatigue, le silence - des pierres.

Il faut s'imaginer, approchant de l'enceinte, les nuages d'encens s'élevant d'entre les portes, les moucharabiehs et l’acajou des colonnes.

nouman-younas-741487-unsplash.jpg

Il faut s'imaginer la gloire des marbres blancs, l'or des croissants à l'ombre menacante.

Il faut s'imaginer les femmes en noir habit, leur peau collant de musc, leurs muscs collant de sueur.

Il faut s'imaginer la suavité des roses, les siroccos charriant Taif et ses arômes de princesses.

 

Il faut s'imaginer la gloire muette des prophètes, le murmure étouffé des idoles renversées,

les dalles ébréchées par le pas des passants.

Il faut s'imaginer l'ambre au dos des chameaux, l'aloès en chargements et l'opoponax aux reflets d'or.

Il faut s'imaginer la Kiswah majestueuse, ses kilos d'or, son poids de soie,

et ses reflets d'eau de rose.

Il faut s'imaginer la Kaaba solitaire, le maelström de croyants, la pierre noire brillant,

si fière.

 

Il faut s'imaginer les flots de chants, les flots d'encens, les ombres sourdes des marchands.

Il faut s'imaginer les princes, l'araméen, les éthiopiens, les sabéens.

Il faut s'imaginer l'Arabie avant Saoud.

Il faut s'imaginer l'humilité des âmes en peine.

Les pieuses femmes s'abreuvant aux fontaines - de larmes.

 

Et la pierre d'Adam et Eve et le tombeau de Job au désert.

Et les forteresses de sable et les mosquées de tous les hommes.

 Il faut s'imaginer la nuit silencieuse,

le froid souffle de l'aube,

le givre piégé au creux des dunes.

Il faut s'imaginer les étoiles tapissant le ciel, les feux d'amis constellant les sables - du désert.


Il faut s'imaginer la rose et l'ambre et l'oud.

Il faut s'imaginer la virile douceur d'une rose poudrée, d'un oud apaisé.

 

L'éclat rougeoyant,

comme rubis un or,

d'un amour de safran.

Il faut s'imaginer Ghilaf e Kaaba, il faut s'imaginer le talent de JK.

Il faut s'imaginer son rêve d'un Orient - distillé en attar.

jonathan-takle-598195-unsplash (1).jpg

Il faut croire à la grandeur, au mystique, au pouvoir.

Il faut croire à ces jeunes aux mains d'or.

A ces alchimistes discrets dans leurs terriers d'humilité.


Il faut croire en leurs yeux voyant plus loin que les nôtres. Il faut croire en la douceur, il faut croire en l'espérance.

 

Il faut croire en ce parfum.

En sa douceur.



Son élégance.


Ghilaf e Kaaba - The Rising Phoenix Perfumery

EDP 5/15ml - 68,08€/167,94€ ou Attar 3ml - 195,17€

Pour plus d’informations, visitez leur boutique Etsy : https://www.etsy.com/fr/shop/RisingPhoenixPerfume