Remarques sur le Monarque

 

Mes fous en sens,

 Le Monarque

Le Monarque

 

Nous avons souhaité inaugurer nos chroniques en nous arrêtant sur deux marques qui ont en commun, outre la précision de leur direction artistique, la finesse de leurs créations et un incontestable bon goût, leur jeune âge. Deux marques, deux luxes qui se répondent, des nez talentueux, des objets purs et précieux, de vrais trésors olfactifs qui invitent à la découverte, au voyage hors de soi, hors de chez soi. Deux marques dont les parfums ne s’expriment pas simplement par des notes mais par ce qu’elles véhiculent. Deux parfums qui se parlent, par –delà- la fumée.

 

Aussi, il nous a semblé cohérent d’ouvrir notre série de revues –que nous espérons fructueuse- par des remarques sur une marque : Le Monarque.

 

Le Monarque surprend. A l’entendre, on s’imagine déjà le flamboyant seigneur accueillant des suites de courtisans et d’ambassadeurs en tenues bigarrées, ployant sous le poids des perruques, des fards, des bijoux, des ors, des miroirs, des rubans, du protocole et de son orgueil. Il suffit de lui jeter un coup d’œil pour comprendre que c’est tout à fait l’inverse.

 

Le Monarque dont il s’agit règne en maître sur un royaume de nectar et de fleurs. Il est le petit bijou de la nature, qu’elle conserve dans le secret de ses corolles. Le Monarque n’est pas tape-à-l’œil – il ne se montre qu’à ceux qui le cherchent vraiment, il ne se dévoile qu’à ceux qui s’ouvrent à lui – vraiment. Le Monarque n’est pas obséquieux, la pompe et l’hybris ne sont pas ce qui lui plaît. Aux cornets de cuivre, il préfère le bouche-à-oreille, le murmure d’initié à initié. Le Monarque règne sur les alcôves plutôt que sur les places publiques. D’ailleurs, il n’est disponible qu’en quantités limitées.

 

Le Monarque a engendré cinq princes, cinq enfants radicalement différents mais se ressemblant en une chose : ils sont porteurs de la beauté de leur géniteur. Cinq enfants que nous ne pourrons pas tous vous présenter, puisqu’il vous faudra les découvrir par vous-même. Nous commencerons donc par celui qui a le plus retenu notre émotion : le V.


Le Monarque

Visitez leur site internet : www.lemonarque.paris

Alexandre HComment